Les jeudis de PRISM #3, jeudi 15 avril 2021 (14h à 16h)

08 avril 2021 par admprism [TheChamp-Sharing]
De la dimension incarnée de la sensibilité à la présence de l’autre avec Fabrice Métais. Réflexions méthodologiques sur l’analyse des musiques improvisées collectives non-idiomatiques avec Baptistine Marcel.

Fabrice Métais, MCF Arts plastiques (PRISM AMU CNRS)

De la dimension incarnée de la sensibilité à la présence de l’autre

Je présenterai les grandes lignes de la recherche que je développe actuellement, soit l’exploration d’une sensibilité à la présence de l’autre – c’est à dire, pour reprendre l’expression de Bourriaud (1997) tout en en changeant la perspective, une sorte d’esthétique relationnelle. Je cherche en particulier à décrire la dimension incarnée du contact entre le sujet et autrui. Cette recherche se déploie à travers la construction d’un dialogue entre, notamment : les intuitions radicales de la phénoménologie-éthique de Levinas, l’étude des situations et des expériences mises en oeuvres dans les pratiques artistiques (et en particulier celles du champ de la performance et des arts médiatiques), les sciences cognitives dites de seconde génération (dites aussi 4E cognition pour Embodied, Embedded, Enacted, Extended), et à travers elles, la phénoménologie de Merleau-Ponty (notamment les concepts de schéma corporel et d’intercorporéité), l’approche interactionnelle de la cognition sociale (ou Participatory Sense-Making), et enfin une pensée de l’augmentation technologique de l’humain (Derrida, Leroi-Gourhan, Simondon, Stiegler).

Baptistine Marcel, doctorante en musicologie (PRISM AMU CNRS)

Réflexions méthodologiques sur l’analyse des musiques improvisées collectives non-idiomatiques.

À partir d’un dialogue croisé entre la génétique de l’improvisation musicale (Canonne & Guerpin, 2019 ; 2018), la perspective d’un solfège de l’audible et de l’improvisation libre comme outil pratique (Savouret, 2011), l’utilisation de l’analyse assistée par ordinateur (Gonin, 2015) ou encore, la pratique de l’écoute et de la partition intérieure (Siron, 2004) nous proposons d’exposer brièvement les différentes perspectives méthodologiques pour analyser les musiques improvisées collectives non-idiomatiques aujourd’hui. Il sera aussi question d’entrer en résonance avec notre travail de terrain concernant l’enregistrement de différents groupes d’improvisateurs en situation de jeu et de s’interroger sur les différents éléments présentés ce jour, au travers d’une conversation plus libre avec Fabrice METAIS et les participants au séminaire.

Ces interventions seront suivies d’une discussion, puis d’un échange convivial.